[Cafez] Après midi souscription et projection de films

Après une pause en 2009 afin d'écouler le surplus de stock, nous venons
de commander une tonne de café aux coopératives zapatistes Yachil
Xojobal Chulchan et Ssit Lequil Lum, au Chiapas (plus d'infos plus bas).

Pour marquer le coup, nous avons le plaisir de vous inviter à notre
rendez-vous annuel des souscripteurs. Ce sera l'occasion de vous faire
part de nos activités passées et futures, de déguster un café ou un
cacao chaud en consultant notre infothèque et de se regarder quelques
films sur la situation au Chiapas.

Le dimanche 19 décembre dès 16h. Si vous ne pouvez pas passer, vous trouverez ci-dessous un
bulletin de souscription pour votre commande.

Nous profitons de ce mail pour vous signaler que nous tenons une
permanence au Passepartout tous les 3ème samedi du mois de 16 à 18h si
vous voulez vous procurer des paquets ou de l'information.

Au plaisir de vous rencontrer,
salutation rebelle

--------------------------------------

Yachil Xojobal Chulchan et Ssit Lequil Lum, des coopératives zapatistes
***********************************************************************

Tous les membres de ces coopératives appartiennent à des communautés
indiennes zapatistes en résistance.

Yachil Xojobal Chulchan est située dans la zone des Altos, autour de
Polho où ont trouvées refuge de nombreuses personnes chassées de leurs
communautés par la violence paramilitaire à la fin des années 1990. Elle
comprend environ 700 membres et possède la certification biologique.

Ssit Lequil Lum, « Les fruits de la Terre Mère » en tzeltal, est la
toute dernière des coopératives zapatistes. Elle est située dans la
région Nord du Chiapas, où sont particulièrement actifs les groupes
paramilitaires. Elle a choisi de franchir un pas supplémentaire sur le
chemin de l’autonomie en refusant toute certification officielle dont
les normes, imposées sans discussion avec les producteurs, ne
correspondent pas toujours aux réalités locales. Elle développe à
l’inverse une certification indépendante avec l’appui d’une université
de Veracruz. Ce sont les producteurs eux-mêmes en relation avec des
techniciens d’agro-écologie qui définissent la liste des points à
certifier. Ne s’arrêtant pas à la récolte, comme la certification
biologique, cette auto-certification, qui impose à la fois une culture
sans produits chimiques et des normes sur la qualité du travail après la
récolte des grains, est validée par les autorités zapatistes.

L’achat du café : une solidarité directe avec les communautés zapatistes
************************************************************************

L’achat de ce café par des groupes de solidarité en Europe et en
Amérique du Nord permet a ces coopératives de recevoir plus de trois
fois le prix payé par les « coyotes ». Cet écart de prix permet de
fortifier l’autonomie de ces communautés. Elles peuvent notamment, grâce
à cet argent supplémentaire, se permettre de cultiver de moins grandes
surfaces de café pour les remplacer par des cultures de subsistance
(haricot, maïs, banane...).

Les zapatistes?
***************

Le 1er janvier 1994, date d’entrée en vigueur de l’Alena (Accord de
libre-échange nord-américain), les sans-terre, les sans-voix, les «
oubliés de toujours » que sont les Indiens, descendent des montagnes et,
au cri de « ¡Ya Basta ! » [Ça suffit !], occupent plusieurs villes du
Chiapas, État riche en ressources, où la population est la plus pauvre
du Mexique. L’EZLN (Armée zapatiste de libération nationale) apparaît
publiquement pour la première fois et, avec elle, tous les Indiens en
lutte réclament la dignité, la justice et la démocratie pour tous, la
reconnaissance de leurs droits et de leur culture.

L'EZLN proclame que les indigènes veulent laisser derrière eux les
siècles de pauvreté et de discrimination. Ils veulent en même temps
développer leur propre système éducatif, conserver leurs langues et ce
qu'ils jugent positif dans leur mode de vie, incluant la propriété
communale de la terre et des ressources ainsi que les élections en
assemblée publique des autorités. Les communautés rurales zapatistes
sont organisées en communes, municipios, autonomes. On en compte, plus
d'une trentaine en 2008. Ces communes sont la base de l'organisation
civile zapatiste. Elles sont coordonnées en cinq régions dirigées par
les conseils de « bon gouvernement ». Les hommes et les femmes qui
forment ces conseils sont élus par les municipios autonomos et siègent
tour à tour, par rotation suivant en général des périodes d'une semaine.
Les principes de ce mécanisme original, qui fonctionne depuis la
création des juntas de buen gobierno, en août 2003, sont détaillés dans
le texte du sous-commandant Marcos intitulé La treizième stèle publié en
juillet 2003 (dernière partie du Calendrier de la résistance). Ces
conseils siègent dans les cinq centres civils construits par les paysans
zapatistes, d'abord appelés Aguascalientes et devenus Caracoles
(littéralement escargots, symbolisant une dynamique en spirale) en août
2003. L'important effort coopératif développé par le mouvement zapatiste
civil est aussi présent dans ces Caracoles, essentiellement pour la
culture et la vente du café et de l'artisanat .
Les mouvements libertaires et antimondialistes applaudissent à la
création de ces communes autonomes. Une des grandes forces du mouvement
zapatiste est le fait que ce mouvement révolutionnaire ne cherche pas à
prendre le pouvoir au Mexique, plutôt à ce que leur voix soient
entendues, à ce qu'on respecte leurs choix. L'EZLN se bat pour
l'autonomie des populations indigènes. Ses membres souhaitent la
création d'une société où les communautés puissent s'autogouverner. Par
analogie, le mouvement international, appelé parfois "Zapatisme
métropolitain" s'inspire de ce mode d'organisation en revendiquant le
droit à une culture de vie minoritaire. Ce mouvement est très développé
dans les centre sociaux occupés (squats) espagnoles et italiens.

Plus d’infos :

Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte :
http://cspcl.ouvaton.org/
l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (es)
http://www.ezln.org.mx/
La liste de diffusion de la Coordination Zapatiste Indigène
http://intersiderale.collectifs.net/cgi-bin/mailman/listinfo/czi
Site d’infos indépendantes:
http://chiapas.indymedia.org (es)

Qui sommes-nous?
****************

Initié par le collectif Chiapas et la Coordination zapatiste indigène,
Le groupe cafeZ s’est formé à la fin de l’été 2005 avec l’intention de
créer un réseau de distribution de café rebelle, récolté avec dignité
dans les montagnes du Chiapas par les coopératives zapatistes
autogérées. Le réseau de distribution est essentiellement dans la région
liégeoise mais s'étant désormais à bruxelles, le brabant wallon,
l'ardenne et la gaume.

Nous bénéficions de l’expérience du collectif parisien « Echanges
Solidaires ». Celui-ci, impliqué dans la distribution de café zapatiste
pour la septième année consécutive, nous a proposé de servir
d’intermédiaire à notre commande. Depuis, nous commandons environ une
tonne de grains vert en achat groupé.

Comment nous rencontrer?
************************

Le groupe Cafez organise une permanence tous les 3ème samedi du mois de
16 à 18h au Centre social occupé autogéré “le Passepartout" 8, rue
Hocheporte 4000 Liège. Vous pourrez vous procurer du café, connaître les
autres points de dépôts et prendre connaissance de l’actualité des
mouvements zapatistes dans le monde.

Une fois l'an est organisée l'assemblée des souscripteurs où l'on
discute des comptes, des activités passées et des bénéfices. En effet,
les bénéfices sont reversés dans des projets locaux promouvant
l'autonomie, l'autogestion, le zapatisme. Une partie des bénéfices sert
également à l'organisation d'événements de la Coordination zapatiste
indigène (achat de films, bouquins, réalisation de brochures, etc.)

Bon de commande 2010-2011
*************************

Bon de souscription pour achat(s) anticipé(s) à : Cafez, c/o CSOA
Passepartout ou par email à cafez at no-log.org

Paquets de 500 g de café, 5,20 euros l’unité, disponibles juin 2011

Nom :..................................
Prénom : ..............................
Adresse : ............................
.......................................
Code Postal : .........................
Ville :................................
e-mail* : .............................
Tél.* : ...............................

*Très important ! (pour que nous puissions vous prévenir quand le café
arrive)

Je souscris pour .... paquets de 500 g (5,20 euros l’unité)
soit..............euros (achat anticipé, je recevrais les paquets au
printemps 2011) Paiement effectué le .../.../.... par virement à l’ordre
Cafez 068-2433843-43
Si vous souhaitez plus d’informations ou des bons de commande :
cafez at no-log.org

Date: 
Di, 19/12/2010 - 16:00

Commentaires

Member since:
24 mai 2010
Last activity:
6 an 7 semaines
  • Le Silence des zapatistes (2001 / 12 min. 40 sec.)
  • La Vie de la femme en résistance (2005 /17 min.)
  • La Terre est à ceux qui la travaillent (2004 / 15 min.)

    LE SILENCE DES ZAPATISTES
    12 min / langue originale : espagnol. municipio autonomo san pedro de michoacan / Mexique 2001.
    Le 2 Décembre 2000, au lendemain de l’entrée en fonction du nouveau gouvernement mexicain de Vicente Fox, l’armée zapatiste (EZLN) rompt un silence de plusieurs années et annonce sa décision d’aller à Mexico pour exiger la ratification des Accords de San Andrès sur les droits et la culture indigènes. Le silence des zapatistes était la réponse à l’attitude belliqueuse et sournoise des autorités mexicaines. Ce film est un témoignage unique puisque tourné par les zapatistes qui nous présentent les diverses formes de résistances et de mobilisations pacifiques des communautés indigènes contre la présence militaire sur leurs terres.

     

Bookmark and Share